Je veux ce livre

1101 1101 110 1071

Georgii Monachi Chronographia (éd. P. Jacobi Goar, 1652) p. 123.

1102 1102 110 1072

Au temps du roi Hyksos Aset. Voir le chapitre « Des changements de l'heure et des saisons ».

1103 1103 110 1073

D'après la traduction de F.C Babbit.

1104 1104 110 1074

Voir Diogène de Laerte, Vie des philosophes illustres, « Vie de Thalès ».

1105 1105 110 1075

Proclus Commentaire sur le Timée; Diogène de Laërte Vies « Vie de Solon »  Plutarque Vies, « Vie de Solon ».

1106 1106 110 1076

Aristote, Historia animalium, VI, 20  naturelle, 34, 12 (trad. Bostock et Riley).

1107 1107 110 1077

Plutarque : Vies « La vie de Numa », XVIII.

1108 1108 110 1078

CF  Cléomède, De motu circulari corporum celestium, XI, 4.

1109 1109 110 1079

J. de Acosta, The Natural and Moral Histories of the Indies, 1880 (Historia natural y moral de las Indias, Séville, 1590).

1110 1110 111 1080

Diego de Landa, Yucatan, p. 59.

1111 1111 111 1081

D.G Brinton, The Maya Chronicles (1882).

1112 1112 111 1082

Note de Gates au Yucatan de De Landa, p. 59.

1113 1113 111 1083

R.C.E Long, « Chronology-Maya », Encyclopedia Britannica (14e édit.). «Ils (les Mayas) n'utilisaient jamais l'année de 365 jours pour calculer la durée entre deux dates.»

1114 1114 111 1084

Markham, The Incas of Peru, p. 117.

1115 1115 111 1085

Joseph Scaliger Opus de emendatione temporum p 225; W Hales New Analysis of Chronology 1809-1812; I, 31; W.H Medhurst, notes pp. 405-406 de sa traduction The Shoo King (Shangaï, 1846).

1116 1116 111 1086

H. Murray, J. Crawford, etc. An Historical and Descriptive Account of China (p. 235); The Chinese Classics, III, Pt. 2, éd. Legge (Shanghai, 1865), note p. 21. Cf. aussi Cantor, Vorlesungen, p. 92 : «Zuerst wurde von den Astronomen Babylons das Jahr von 360 Tagen erkannt, und die Kreisteilung in 360 Grade solte den Weg versinnlichen welchen die Sonne bei ihrem vermeintlichen Umlaufe um die Erde jeden Tag zurücklegte».

1117 1117 111 1087

C.F Dupuis (L'origine de tous les cultes, 1835-1836), en anglais The Origin of all Religious Worship (1872), p. 411, a rassemblé des documents sur le nombre 360, qui, dit-il, représente les jours de l'année sans les jours additionnels. Il cite les 360 dieux de la « théologie d'Orphée », les 360 éons des génies gnostiques, les 360 idoles devant le palais de Dairi au Japon, les 360 statues qui entourent celles de Hobal, adoré des anciens arabes, les 360 génies qui prennent possession de l'âme après la mort, « selon la doctrine des Chrétiens de Saint Jean, les 360 temples édifiés sur la montagne de Lowham en Chine, et le mur de 360 stades « dont Sémiramis entoura la cité » de Babylone. Toutes ces données n'ont pas suggéré à celui qui les reccueillait l'idée qu'une année astronomique de 360 jours avait été la raison du caractère sacré du nombre 360.

1118

Medhurst, The Shoo King.

1119 1119 111 1089

«Le nombre 9 revient avec une telle insistance dans de très nombreuses sagas qui, pour d'autres raisons, peuvent être identifiées comme des sagas consacrées à la Lune, que, j'en suis convaincu, le caractère sacré de ce nombre tire son origine de son utilisation très ancienne dans la division du temps» L'auteur de ce passage (E. Siecke, Die Liebesgeschichte des Himmels, Untersuchungen zur indogermanischen Sagenkunde 1892) ne supposait pas qu'il y avait eu un changement dans la nature des cycles lunaires, et ne connaissait pas les travaux du savant que je cite dans la note suivante; pourtant, il fut contraint d'admettre que neuf correspondait à une subdivision du mois.

1120 1120 112 1090

A. Kaegi « Die Neunzahl bei den Ostarien » dans le volume dédié à H. Schweizer-Sidler (1891).

1121 1121 112 1091

Kugler, « Die Symbolik der Neunzahl », Babylonische Zeitordnung, p. 192.

1122 1122 112 1092

E. Naville, Transactions of the Society of Biblical Archaeology, IV (1875), I, 18.

1123 1123 112 1093

Roscher, Die enneadischen und hebdomadischen Fristen und Wochen, vol. XXI, N° 4, des Abhandlungen der philol.-histor. Klasse der Kgl. Sächs. Ges. Der Wissenschaften (1903). 1124 1124 112 1094

Roscher, Die Sieben- und Neunzahl im Kultus und Mythus der Griechen, Ibid., vol. XXIV, no 1 (1904): «Die beiden Arten von Fristen schon bei Homer und ebenso auch im ältesten Kultus nebeneinander vorkommen» (p. 54). «I der Zeit des älteren Epos herrschend gewordene 9-tägige Woche» (p.73).

1125 1125 112 1095

Cf. Ovide, Metamorphoses, VII, 23  57.

1126 1126 112 1096

Roscher, Die Sieben-und Neunzahl.

1127 1127 112 1097

Roscher, Fristen und Wochen.

1128 1128 112 1098

Le mois sidéral, ou période durant laquelle la Lune accomplit une révolution par rapport aux étoiles fixes, est de 27 jours, 7 heures, 43 minutes. Mais les phases de la Lune changent selon le mois synodique de 29 jours, 12 heures, 44 minutes. Après le mois synodique, la Lune revient à la même position par rapport au soleil, pour l'observateur terrestre.

1129 1129 112 1099

Ce sont sans doute ces perturbations qui amenèrent les dieux dans « les Nuées » d'Aristophane à accuser la Lune d'avoir jeté le désordre dans le calendrier et le culte. Aristophane, « les Nuées », v. 615 et suiv.

1130 1130 113 1100

Kugler, Babylonische Zeitordnung, p. 191, note.

1131 1131 113 1101

Ovide, Les fastes, I, 27 et suiv.

1132 1132 113 1102

Germinus, « Introduction aux phénomènes » dans Petau, Uranologion (1630).

1133 1133 113 1103

Aulu-Gelle Noctes Atticae, III, 16.

1134 1134 113 1104

Plutarque, Les Questions Romaines, XIX.

1135 1135 113 1105

Eutrope, Brevarium rerum romanorum, I, 3, déclare : « Numa Pompilius divisa l'année en dix mois ». Ceci doit se rapporter au début du règne de Numa, alors que le calendrier de Romulus était encore en usage.

1136 1136 113 1106

Procope de Césarée, Le Livre des guerres, liv. V, « La guerre des Goths », (d'après la trad. H.B Dewing, 1919), Sect. 31.

1137 1137 113 1107

Boll, Sternglaube und Sterndeutung, p. 92 ; A. Del Mar, The Worship of Augustus Caesar, pp. 6, II, avec références à Ovide, Virgile, Pline, Servius et Hyginus.

1138 1138 113 1108

M.P Nilsson, Primitive Time-Reckoning (1920), p. 89.

1139 1139 113 1109

A. Wirth, « The aborigines of Formosa », The American Anthropologist, 1897.

1140 1140 114 1110

A. Schiefner, Bulletin de l'Académie de St-Petersbourg, Hist.-phil. Cl., XIV (1857), 198, 201 f.

1141 1141 114 1111

H. Hale, Ethnography and Philology : U.S Exploring Expedition, 1838-42, VI (1846), 106, 170.

1142 1142 114 1112

G. Mathias, Lettres sur les Isles Marquises (1843), 211.

1143 1143 114 1113

N. Adriani et A.C. Kruijt, De Bare'e-sprekende Toradja's (1912-1914), II, 264.

1144 1144 114 1114

Frazer, Ovid's Fasti (1931), p. 386.

1145 1145 114 1115

Ibid.

1146 1146 114 1116

W. Yate (missionnaire anglais du début du XIXe siècle), cité dans Frazer, Ovid's Fasti, p. 386.

1147 1147 114 1117

Ibid.

1148 1148 114 1118

Nilsson, Primitive Time-Reckoning, p. 89.

1149 1149 114 1119

Le palais de Ninive fut la résidence de Sargon II, Sennachérib, Esarhabdon, et Assourbanipal.

1150 1150 115 1120

J. Menant, La Bibliothèque du palais de Ninive (1880), p. 100.

1151 1151 115 1121

R.C Thompson, The Reports of the Magicians and Astrologers of Nineveh and Babylon, II, XVIII.

1152 1152 115 1122

1196 1196 1196 Note JdL: Les températures sur Mars varient entre - 140 degrés C au pôle Sud et 22 degrés C à l'équateur. 1197 1197 119 1162

W.W. Coblentz et C.O Lampland du Lowell Observatory, et E. Pettit et S.B Nicholson du Mount Wilson Observatory.

1198 JdL. L'atmosphère de Vénus: dioxyde de carbone 96%, azote 3,5%, monoxyde de carbone, argon, dioxyde de soufre et vapeurs d'eau 0,5%.

1199 C.E St John et J.B Nicholson «The Spectrum of Venus» Contributions from the Mount Wilson Observatory no 249, 1922. On a émis l'hypothèse que Vénus est couverte de formaldéhyde R.Wildt, bien qu'aucune raie spectrale de ce composé n'ait été identifiée dans l'atmosphère de Vénus.

1200 Chiffres d'Arrhenius, Das Schicksal der Planeten (1911), p. 6. E.A Antoniadi (La planète Mercure 1939 - p. 49) donne 0.63 pour Vénus, et 0.17 pour Mars et 0.10 pour la Lune.

1201 JdL. Atmosphère de Jupiter : hydrogène 90%, hélium 10%, traces d'ammoniaque, de méthane et de vapeurs d'eau. 1202 FE Ross Photographs of Venus Contributions from the Mt Wilson Observatory, no 363 (1928).

1203 Coblentz et Lampland, Journal of Franklin Institute, vol. CXCIX, (1925), 804.

1204 E. St. John et S.B Nicholson, « The Spectrum of Venus », Astro-physical Journal, vol. LVI (1922).

1205 JdL. La rotation de Vénus est de 243 jours et 14 minutes, voir «Vénus» au début de ce livre dans le dossier de présentation.

1206 Ross, « Photographs of Venus », p. 14.

1208 JdL. En effet, tout brûle sur Vénus, on y voit même des fleuves de lave en fusion. Cf. «Vénus» dans le dossier de présentation en début de ce livre.

1209 Lucrèce, De rerum natura, V (trad. C. Bailey, 1924).

1210 The Sibylline Oracles, trad. Lanchester.

1211 Sénèque, Naturales quaestiones, III, XXX (trad. J. Clarke).

1212 Sénèque, Epistolae morales, épître XCL (trad. R.M Gummere).

1213 A propos de mon hypothèse d'une amnésie collective, G.A. Atwater suggère qu'on devrait rechercher les traces des expériences terrifiantes du passé dans le comportement présent de l'homme.

1214 L'un des auteurs de la théorie des marées, Harold Jeffreys, écrit que « la petitesse des excentricités des orbites des planètes et des satellites » est le plus remarquable des « faits très frappants » qui « demeurent encore inexpliqués » par la théorie des marées.

1215 Voir la description d'une calamité soudaine dans Nombres 16, 45-49, où des milliers d'Israélites errant dans le désert furent « consumés comme en un instant ».

1217 H.N. Russel.


VOUS DEVEZ LIRE LE LIVRE DU Dr IMMANUEL VELIKOVSKY
untr.gif