Je veux ce livre

701 701 70 681

J.A Teit « Kaska Tales », Journal of American folklore, 30 (1917).

702 702 70 682

Frobenius, Das Zeitalter des Sonnengottes, pp. 205 et suiv.

703 703 70 683

Shelton « Mythology of Puget Sound», Journal of American Folklore (1924).

704 704 70 684

Dorsey, Ed., The Pawnee Mythology (1906), I, p. 35.

705 705 70 685

Citations d'après The Thunder Ceremony of the Pawnee et The Sacrifice to the Morning Star, compilés par R. Linton d'après des notes non publiées de G.A Dorsey, Field Museum of Natural History, Department of Anthropology, Chicago (1922).

706 706 70 686

Voir « la période de 52 années ».

707 707 70 687

Pline, Histoire naturelle, II, 37.

708 708 708 Note JdL. Ce qu'il y a de stupéfiant en 2003, lorsqu'on lit les égyptologues est le mépris dans lequel ils tiennent le calcul égyptien du temps. Mme Deroche de Noblecourt la première se livre à des commentaires fumeux dans son Ramses II. D'autres, sans vouloir admettre ( contrairement à l'archéologue Claude Shaeffer du Collège de France ) qu'il y a eu un cataclysme céleste vers 680 av. JC, disent que les Egyptiens, comme les astronomes babyloniens, ne savaient pas compter le temps (sic), d'où le sempiternel problème des jours « Epagomènes » . Pour ce mot, le dictionnaire Robert dit : « Histoire ancienne. Jours épagomènes sont des jours ajoutés à l'année civile pour la faire coïncider avec l'année solaire, chez les Grecs et les Égyptiens ». Alors qu'on ne sait toujours pas comment les Pyramides ont été construites avec la technologie de l'époque, et compte-tenu de l'intelligence phénoménale (mathématique, géométrie, poids, astronomie, etc.) trahie par ces monuments (et bien d'autres), c'est une véritable insulte à ces peuples  la politique de l'autruche due à l'amnésie.

709 709 70 688

S. Scharpe, The Decree of Canopus in Hieroglyphics and Greek (1870).

710 710 71 689

Liv. 10, chap. 4.

711 711 71 690

A.T Cory, The Hieroglyphics of Horapollo Nilous (1840), II, LXXXIX. Voir aussi Wilkinson dans G. Rawlinson, The History of Herodotus, II, 285.

712 712 71 691

E.N Gardiner, Olympia (1925), p. 71; Farnell, The Cults of the Greek Stades, IV, 293; Frazer, The Dying God (1911), p. 78..

713 713 71 692

Brasseur, Sources de l'histoire primitive du Mexique, p. 27.

714 714 71 693

J.E Thompson, « A Correlation of the Mayan and European Calendars », Field Museum of Natural History Anthropological Series, vol. XVII.

715 715 71 694

Nordenskiöld, The Secret of the Peruvian Quipus, II, 35.

716 716 71 695

W. Gates, The Dresden Codex, Publication de la Maya-Society-No. (1932).

717 717 71 696

Gates dans De Landa, Yucatan, p. 60.

718 718 71 697

Seler, Fesammelte Abhandlungen, I, 624.

719 719 71 698

II Rois, 23, 5.

720 720 72 699

L'orbite de la comète Schwassmann-Wachmann est située entre celles de Jupiter et de Saturne.

721 721 72 700

Publié par H.C Rawlinson et G. Smith, Table of the Movements of the Planet Venus and Their Influences. La traduction de Sayce a été publiée dans the Transactions of the Society of Biblical Archaeology, 1874; trad. plus récente de S. Langdon et J.K Fotheringham sous le titre The Venus tablets of Ammizaduga (1928).

722 722 72 701

Fotheringham dans Langdon et Fotheringham, The Venus Tablets of Ammizaduga, p. 32. Voir Schiaparelli «Venusbeobachtungen und Berochnungen der Babylonier», Das Weltall, vol. VI, VII.

723 723 72 702

Kugler fait remonter les tablettes de Vénus à la première dynastie babylonienne, parce qu'il avait lu un annuaire d'Ammizadouga sur l'une d'elles. En 1920, F. Hommel (Assyriologische Bibliotek, XXV, 197-199) déclarait que l'anuaire d'Ammizadouga fut ajouté sur les tablettes de Vénus par un scribe du règne d'Assourbanipal, au VIIe siècle.

724 724 72 703

Langdon-Fotheringham, The Venus Tablets, p. 106.

725 725 72 704

M. Jastrow, Religious Belief in Babylonia and Assyria, p. 220.

726 726 72 705

A. Ungnad « Die Venustafeln und das neunnte Jahr Samsuilunas », Mitteilungen der altorientalischen Gesellschaft (1940), p. 12.

727 727 72 706

Thibaut, « Astronomie, Astrologie und Mathematik », vol. 3, Pt. 9 (1899) de Grundiss der indo-arisch. Philol. und Altertumskunde, p. 27.

728 728 72 707

Ibid., p. 15.

729 729 72 708

« Prayer of the Raising of the Hand to Ishtar » (d'après la trad. L. W. King) dans The Seven Tablets of Creation.

730 730 73 709

Le Zend-Avesta (d'après la trad. Darmesteter), part. II, p. 94 et suiv. La croyance parfois affirmée que Tistrye est Sirius est une erreur évidente : la trajectoire de Sirius n'est pas sinueuse. L'étoile qui avait la forme d'un taureau aux cornes d'or était Vénus. De plus, l'irrégularité des mouvements de Sirius entraînerait celle de toutes les étoiles.

731 731 73 710

Job, 38, 32, 33. La traduction de la King James Bible porte : « Connais-tu l'ordonnance du ciel ? » La version des Septante dit : « les changements des cieux ».

732 732 73 711

Voir Schiaparelli, Astronomy in the Old testament, p. 74.

733 733 73 712

Cambridge Bible, Book of Job, de A. B. Davidson et H.C Lanchester.

734 734 73 713

J.S. Suschken, Unvorgreifliche Kometen-Gedanken : Ob der Kometen in der heiligen Schrift gedacht werde ? (1744).

735 735 73 714

Isaïe 14, 12, 13.

736 736 73 715

The Writings of Origen « De principiis » (d'après la trad. De F. Crombie, 1869), p. 51.

737 737 73 716

A. Jeremias, The Old Testament in the Light of the Ancient East (1911), I, 18.

738 738 73 717

Raash est traduit par « tremblement de terre », ce qui est incorrect ici. Cf . Jérémie, 10, 22 : « Une grande commotion (raash) vient du Nord » dans les Ecritures « tremblement de terre » est rendu par des mots dérivés des racines Raad, hul, regoz, hared, palez, ruf et raash (commotion).

739 739 73 718

Le mot Rsisim traduit par « lézardes » n'est pas assez fort  s'écrouler les grandes demeures ». Les mots hébreux que la King James version traduit par « lézardes » sont bedek, bkia, peretz, shever.

740 740 74 719

Plusieurs autorités rabbiniques prétendent que le plus ancien des prophètes de cette époque (Osée, Amos, Isaïe) est Osée.

741 741 74 720

Les documents qui nous permettent d'identifier Khima avec Saturne et Khésil avec Mars seront présentés ultérieurement.

742 742 74 721

Breasted, Records of Egypt, IV, sect. 743. Voir J. Vandier, La Famine dans l'Egypte ancienne (1936), p. 123.

743 743 74 722

Breasted, Records of Egypt, IV, Sect. 742-743.

744 744 74 723

II Chroniques 26, 16 et suiv.

745 745 74 724

Ginzberg, Legends, IV, 262.

746 746 74 725

Ibid, 6, 358.

747 747 74 726

Zacharie, 14, 5.

748 748 74 727

F. Cumont, L'Astrologie et la religion chez les Grecs et les Romains (1912), p. 8, 9. pour être plus exact, la première éclipse que Ptolémée calcula est du 21 mars 721.

749 749 74 728

T. von Oppolzer, Canon der Finsternisse (1887).

750 750 75 729

K. Marti « Chronology », Encyclopaedia Biblica, éd. Cheyne et Black.

751 751 75 730

Cf. Amos 1, 1  752 752 75 731

Georgius Syncellus (éd. G. Dindorf, 1829), II, 203.

753 753 75 732

S. Newcomb, The American Nautical Almanac, 1891 (1890).

754 754 75 733

A. Gaubil, Traité de l'astronomie chinoise, vol. III des Observations mathématiques, astronomiques, géographiques, chronologiques, et physiques... aux Indes et à la Chine, éd. E. Souciet (1729-1732)  Description of the Empire of China (1741), II, 128-129.

755 755 75 734

Seder Olam 20.

756 756 75 735

Yad signifie « main » aussi bien que signe.

757 757 75 736

Voir la section infra «les Terribles» . 758 758 758 Note JdL: Ici, comme en beaucoup d'autres endroits d'ailleurs, nous avons rétabli le texte original de Velikovsky puisque dans la version des Editions Stock, il manquait 8 lignes... 759 759 75 737

Schiaparelli : Astronomy in the Old testament, p. 43. Oppolzer et Ginzel ont établi les lois des éclipses du VOUS DEVEZ LIRE LE LIVRE DU Dr IMMANUEL VELIKOVSKY untr.gif