Je veux ce livre

301 301 30 295

E.F Weidner, Handbuch der Babylonischen Astronomie (1915), I, 75.

302 302 30 296

Sefer Pirkei Rabbi Elieser.

303 303 30 297

L'Iliade, 21.

304 304 30 298

Cf. W. Bousset, The Antichrist legend (trad. A.H Keane, 1896), p.113.

305 305 30 299

Ginzberg Legends, III, 97; Le Talmud de Babylone, Section Shabbat 88b.

306 306 30 300

Papyrus Ipuwer IV, 2, 4-5.

307 307 30 301

Pour la prononciation chinoise de ce nom, voir R. Van Bergen, Story of China (1902), p.112.

308 308 30 302

Dans le vol 60 du Lexique Universel Leipzig-Halle 1732-1754, à Yao, on lit que certains appellent Yao du nom de Tam et aussi Tao. Ceci est curieux, car dans ma reconstruction de l'histoire ancienne, j'arrive à la conclusion que le pharaon de l'Exode était Taui Thom (en grec « Tau Timaeus ») de la 13edynastie, la dernière du Moyen Empire. Il était contemporain du roi chinois.

309 309 30 303

F. Shelton, « Mythologie de Puget Sound : Origine de l'exclamation « Yahou » Journal of American Folklore, 37 (1924).

310 310 31 304

J.G Frazer, The Worship of Nature (1926), p. 665, F. Boas, Kwakiutl Culture as reflected in Mythology (1935), p. 130, parle de Yuwe gendayusens ma la, «la frontière du monde battue des vents» d'où viennent aussi «les flèches porteuses de mort, qui embrasent les montagnes».

311 311 311 Note JdL: Prononcer Dju DJu Iouv.

312 312 31 305

Psaumes 68, 4.

313 313 31 306

Cf. R.A Bowman, « Yahweh the Speaker », Journal of Near Eastern Studies, III (1944). H. Torczyner, Die Bundeslade und die Anfänge der Religion Israels (1930), p. 3, voit une relation entre le mot jhwh et le mot arabe wahwa, rugir.

314 314 31 307

Diodore de Sicile, Bibliothèque de l'Histoire, 1, 94.

315 315 31 308

Brasseur, Quatre lettres sur le Mexique, p. 374.

316 316 31 309

H. Murray, J. Crawfurd et autres, An Historical and Descriptive Account of China.

317 317 31 310

«Yao » Universal Lexicon, vol. LX (1749).

318 318 31 311

J. Hübner, Kurze Fragen aus der politischen Historie (1729).

319 319 31 312

The Shu King, The Canon of Yao (trad. Legge, 1879). Voir aussi C.L.J de Guignes, Le Chou-king (1770), Pt. I, chap. I, and J. Moryniac, Histoire générale de la Chine (1877), I, 53.

320 320 32 313

The Shu King.

321 321 32 314

Andree, Die Flutsagen, p. 36; C. Deckert, Der Hoangho und seine Stromlaufänderung, Globus Zeitschrift fur Lander - und Völkerkunde, LIII (1888), 129, sur le déluge de 1887.

322 322 32 315

Daly, Our Mobile Earth, p. 3.

323 323 32 316

The Shoo-king (édition de Hong Kong).

324 324 32 317

The Annals of the Bamboo Books, vol. III, Pt. I et The Chinese Classics (trad. Legge), p. 112.

325 325 32 318

Andree, Die Glutsagen, qui cite S. Turner, An Account of an Embassy to the Court of the Teshoo Lama in Tibet (1800).

326 326 32 319

Eckstein, Sur les Sources de la cosmogonie du Sanchoniathon (1860), P. 227.

327 327 32 320

Hérodote, liv. II, 142.

328 328 32 321

Joseph Scaliger, Opus de emendatione temporum (1629), III, 198.

329 329 32 322

Humboldt, Vues des Cordillère, II, 131 (Researches, II, 30).

330 330 33 323

A. Wiedemann, Herodots zweites Buch (1890), p. 506 : Tiefe Stufe semer naturwissenschaftlichen Kenntnisse.

331 331 33 324

P.M de la Faye dans Histoire de l'art égyptien de Prisse d'Avennes (1879), p.41.

332 332 33 325

Pomponius Méla, De situ orbis. 1, 9, 8.

333 333 33 326

Méla, à la différence d'Hérodote, estimait que la durée de l'histoire égyptienne jusqu'à Amasis (mort en 525 av. J.C) correspondait à 330 générations, soit plus de 13.000 ans.

334 334 33 327

H.O Lange Der Magische Papyrus Harris, K. Danske Videnskabernes Selskab (1927), p. 58.

335 335 33 328

Papyrus Ipuwer II, 8 Cf. Lange's (German) traduction du papyrus (Sitzungsberichte d. Preuss. Akad. Der Wissenschaften - 1903 - pp. 601-610)

336 336 33 329

Gardiner, Journal of Egyptian Archeology, I (1914)  Cambridge Ancient History, I, 346.

337 337 33 330

Breasted, Ancient Record of Egypt, III, Sec. 18.

338 338 33 331

L. Speelers, Les textes des Pyramides (1923), I.

339 339 33 332

K. Piehl, Inscriptions hiéroglyphiques, seconde série (1892), p. 65 : « l'ouest qui est à l'occident ».

340 340 34 333

A. Pogo, The Astronomical Ceiling Decoration in the Tom of Snmut (XVIIIe Dynastie), Isis (1930), p. 306.

341 341 34 334

Ibid., p 306, 315, 316.

342 342 34 335

Platon, Le Politique.

343 343 34 336

The fragments of Sophocles, édités par A.C Pearson (1917), III, 5, fragment 738 : voir aussi ibid., I, 93. Ceux des auteurs grecs qui attribuèrent un changement permanent de la direction du Soleil sous Atrée, tyran d'Argos, confondent deux événements : une interversion durable de l'Ouest et de l'Est, qui eu lieu antérieurement, et un mouvement rétrograde temporaire du Soleil à l'époque des tyrans d'Argos.

344 344 34 337

Euripide, Electre.

345 345 34 338

Strabon, Géographie, 1, 2, 15.

346 346 34 339

Les étoiles se lèvent chaque nuit quatre minutes plus tôt  rapport aux étoiles, et 365 et quart par rapport au Soleil.

347 347 34 340

Euripide, Oreste.

348 348 34 341

Sénèque, Thyeste.

349 349 34 342

Aristote. Voir aussi Plutarque qui, dans les Opinions des Philosophes, prétend que, selon Pythagore, Platon et Aristote, « L'Est est le côté droit et l'Ouest le côté gauche ».

350 350 35 343

Platon, les Lois, IV, 760, d.

351 351 35 344

Platon, Timée, 43 B et C.

352 352 35 345

Cf. Les commentaires de Bury sur Timée. Notes, pages 72 et 80.

353 353 35 346

Platon, Timée, 43 D et E.

354 354 35 347

Voir note de Frazer à l'épitome II de la traduction d'Apollodore  506  Fragment 738.

355 355 35 348

Solinus, Polyhistor  356 356 35 349

Bellamy, Moons, Myths and Man, p. 69.

357 357 35 350

Ibid.

358 358 35 351

C. Virolleaud. « La désse Anat », mission de Ras Shamra, Vol IV ( 1938).

359 359 35 352

Humboldt, Researches, I, 351. Voir aussi du même auteur, Examen critique de l'histoire de la géographie du nouveau continent (1836-1839) , II, 355.

360 360 36 353

Seler, Gesammelte Abhandlungen, II, 799.

361 361 36 354

Seler, embarrassé par cette affirmation des vieilles sources mexicaines que le Soleil se déplaçait vers l'Est, écrivit : « Le déplacement vers l'Est et la disparition à l'Est.. doivent être pris dans le sens littéral.. Cependant, on ne peut imaginer que le Soleil se déplace vers l'Est. Le Soleil et tout le firmament des étoiles fixes se déplace vers l'Ouest. » « Einiges über die natürlichen Grundlagen mexicanischer Mythen.« (1907) dans Gesammelte Abhandlungen, Vol. III.

362 362 36 355

Ibid ., aussi Brasseur, Histoire des nations civilisées du Mexique, I, 123.

363 363 36 356

Seler, « Ueber die natürlichen Grundlagen» Gesammelte Abhandlungen, III, 320.

364 364 36 357

Olrik, Ragnarok, p. 407.

365 365 36 358

Voir M. Steinschneider, Hebraïsche Bibliographie (1877), vol. XVIII.

366 366 36 359

Section Sanhedrin 108 b.

367 367 36 360

Steinschneider, Hebraïsche Bibliographie, vol XVIII, pp. 61 et suiv.

368 368 36 361

Ginzberg, Legends, I, 69.

369 369 36 362

Taam Zekenim, 55b, 58b.

370 370 37 363

Coran, Sura 55.

371 371 37 364

Steinschneider, Hebraïsche Bibliographie, vol. XVIII.

372 372 37 365

J.A Fleming, The Earth's Magnetism and Magnetic Surveys, dans Terrestrial Magnetism and Electricity, éd. J.A Fleming (1939), p. 32.

373 373 37 366

A Mc Nish « On Causes of the Earth's Magnetism and Its Changes » dans Terrestrial Magnetism and Electricity, éd. Fleming, p. 326.

374 374 37 367

Voir le Talmud de Babylone, section Taanit 20  Zava 25a.

375 375 37 368

Pirkei Rabbi Elieser 41  376 376 37 369

Le commentateur Rashi est surpris par la combinaison des mots « au détour du matin » (Lifnot haboker). Le mot lifnot (venant de Pana), quand il s'applique au temps signifie « partir » ou « descendre ». Le mot s'applique ici, non au jour qui descend, mais au matin qui se lève, devient jour, mais ne descend pas.

377 377 37 370

Midrash Psikta Raboti  (éd. Buber, 1885).

378 378 37 371

Ginzberg, Legends, III, 109.

379 379 37 372

Voir « Le monde rouge ».

380 380 38 373

J.M Crawford dans la préface à sa traduction du Kalevala.

381 381 38 374

Cité par I. Donnelly, Ragnarok, p. 215, d'après Andres de Olmos. Donnelly pensait que cette tradition signifiait que « dans les ténèbres prolongées, ils avaient oublié la position des points cardinaux ». Il ne songeait pas qu'elle pût faire allusion au déplacement des points cardinaux.

382 382 38 375

Sahagun, Historia general de las cosas de Nueva Espana, liv. VII, chap. II.

383 383 38 376

Cité par Donnelly, Ragnarok, p. 210.

384 384 38 377

Exode 14, 3  385 385 38 378

Nombres II, 3 ; 34, 15  386 386 38 379

Cf Isaïe 21, 13. Dans Jérémie, 25, 20, le mot «arabe» est employé pour désigner un peuple d'origine mêlée.

387 387 38 380

Eusebius, Werke, vol. V, Die chronik (trad. J. Karst, 1911), « Chronikon Kanon » ; Saint Augustin, La Cité de Dieu, livre 18, chap. 12.

388 388 38 381

Hastings, « Eschatology », Encyclopedia of Religion and Ethics.

389 389 38 382

Olrik, Ragnarok, p. 406.

390 390 390 Note JdL: Notons également les Gaulois qui n'avaient peur que d'une seule chose, que leur ciel ne leur tombe sur la tête. L'historien et philosophe grec Arrien, écrivait dans son Expédition d'Alexandre: « Quand Alexandre le Grand reçut les ambassadeurs des Celtes danubiens, il leur demanda ce qui leur faisait le plus peur au monde, espérant bien qu'ils allaient lui répondre que c'était lui. Mais la réponse des Celtes trompa son attente: ils répondirent que s'ils mettaient au-dessus de tout l'amitié d'un homme tel que lui, ils ne craignaient en fait qu'une seule chose: que le ciel ne leur tombe sur la tête » déclaration qui, a priori, sous-entend qu'ils l'avaient déjà expérimenté et que la simple évocation du souvenir était toujours douloureuse, malgré les générations et les années. Si l'on tient compte de Velikovsky, seuls 350 ans environ séparaient les Gaulois de la collision cosmique de l'Exode !!! Grâce à Velikovsky, on comprend enfin POURQUOI nos ancêtres ne craignaient qu'une seule chose...

391 391 39 383

Revue des traditions populaires, XVII (1902-1903), 571.

392 392 39 384

Cf. les ouvrages d'Arrhénius qui étudient l'influence de l'anhydride carbonique de l'atmosphère sur la température, et J. Tyndall (Heat a mode of Motion, 6e éd. P. 417-418) sur l'influence du climat d'une couche théorique de gaz oléfiant entourant notre Terre et placée à une petite distance au-dessus de sa surface.

393 393 39 385

A. Erman, Egyptian Literature (1927), p. 309. Cf. J. Vandier, La Famine dans l'Egypte ancienne (1936), p. 118 : « Les mois sont à l'envers, et les heures se confondent » (Papyrus Anastasi IV, 10), et R. Weill, Bases, méthodes, et résultats de la chronologie égyptienne (1926), p. 55.

394 394 39 386

Texts of Taoism (trad. Legge), I, 301.

395 395 39 387

Les Mémoires historiques de Se-ma Ts'ien (trad. E. Chavannes, 1895), p. 47.

396 396 39 388

Ibid., p. 62.

397 397 39 389

Plutarque, Morale.

398 398 39 390

Plutarque, Isis et Osiris, 49.

399 399 39 391

Donnelly, Ragnarok, p. 212.


VOUS DEVEZ LIRE LE LIVRE DU Dr IMMANUEL VELIKOVSKY
untr.gif