Photos des miracles de notre-dame de fatima

19,91 €

Quantité

  • Paiement sécurisé Paiement sécurisé
  • Livraison en 48H Livraison en 48H
  • Les livres sont déductibles des frais professionnels Les livres sont déductibles des frais professionnels
  • Offrez le en cadeau Offrez le en cadeau

« Les restes mortels de Jacinta reposèrent provisoirement dans le caveau de la famille noble d'Alvayazère. Ils avaient été enfermés dans un cercueil de plomb, condition d'autorisation du transfert. Et, à cause du caractère contagieux de la maladie, recouverts de chaux vive, laquelle a pour propriété normale de consumer les chairs et de décaper les os. Lorsque, à la demande de l'Évêque de Leiria, le cercueil fut transféré à Fatima, avant de l'emporter du caveau des d'Alvayazère, on procéda, selon la règle, à la reconnaissance de ce qui pouvait rester de ce petit corps exténué par la maladie et scellé dans cette bière 15 ans auparavant. Il existe une photo de cette reconnaissance. La feuille de plomb soulevée laisse voir le sourire d'un frais visage d'enfant figé à jamais dans une expression de paix et de bonheur. Cette photo fut envoyée par l'Évêque de Leiria à Lucia »

« Le miracle permanent des sources d'eau de Fatima : la question de l'eau se posa très vite à la Cova da Iria. À cause des constructions que l'on y avait entreprises. À cause aussi des multitudes qui y séjournaient de longues heures principalement durant l'été. Or, sur cette hauteur, pas de source, ni près, ni loin de la Cova. En 1921, l'Évêque de Leiria, qui, sans s'être encore prononcé sur les faits de Fatima (...) ordonna de creuser un trou à l'endroit le plus bas de l'amphithéâtre pour recueillir les eaux de pluie. Les ouvriers avaient à peine commencé à creuser que l'eau jaillit, de l'eau de source en telle abondance que jamais elle n'a fait défaut »

Le Curé de Fatima : « Le 13 août 1917 quand les enfants ont été mis en prison, le curé de Fatima fut plus embarrassé que jamais. Il crut devoir se disculper publiquement. (...) pour se défendre, il emprunta la voie des journaux. Il publia dans l'Ordem de Lisbonne une lettre datée du 15 août 1917 et y déclarae que sa vie fut en danger le 13 août. Puis il donne les raisons pour lesquelles il s'est abstenu d'aller à la Cova da Iria tous les 13 du mois : ''Ou ces apparitions sont véritables, ou bien elles sont fausses. Dans le premier cas, ma Présence est inutile. Dans le second, elle est nuisible'' ».

Description de Notre-Dame de Fatima  par Lucia dos Santos

« Il me semble que, si je savais peindre, sans être capable de la décrire telle qu'elle est, puisque c'est impossible et qu'on ne peut même pas la décrire avec les mots de la terre, je mettrais seulement une robe, aussi simple et aussi blanche que possible, la ''mante'' tombant du sommet de la tête jusqu'au bas de la robe. Et comme je ne pourrais pas peindre la lumière et la beauté qui l'ornaient, je supprimerais toutes les parures, à l'exception d'un mince filet doré sur les bords de la mante. Cet ornement brillait sur le fond de lumière comme si c'eut-été un rayon de soleil brillant plus intensément que le reste. Cette comparaison demeure bien en deçà de la réalité, mais je ne sais comment mieux l'exprimer »Au Portugal, de 1910 à 1926, il y avait eu 16 révolutions ( une par an ) et 40 ministères, soit 2,5 par an.

 

 

Préface de Pierre Jovanovic

L'apparition de la Vierge à Fatima et son célèbre miracle du soleil du 13 octobre 1917 représentent le plus grand événement surnaturel de l'histoire humaine. J'ai découvert les faits de Fatima grâce à toute la documentation compulsée pour mon livre Notre-Dame de l'Apocalypse et ce que j'en ai retenu, c'est que le fameux miracle du soleil a, si j'ose dire, éclipsé tous les autres miracles, qui, pris un à un, auraient pourtant suffi à n'importe quel saint inconnu pour acquérir instantanément une dimension internationale et intemporelle.

Prenez par exemple le miracle des pluies de pétales de roses du 13 septembre 1917. Peu d'auteurs « catholiques » contemporains en parlent parce que cela ne fait pas très sérieux quand on aborde le sujet des apparitions de la Vierge. Et puis, un vrai miracle, c'est avant tout un paralytique qui se lève soudain et se met à marcher ou bien un aveugle qui jette ses lunettes noires et s'exclame : « je vois, miracle, je vois ». La Vierge, elle, aime les manifestations surnaturelles originales et surtout contradictoires, comme par exemple faire tomber sur les gens une pluie de roses, ou de pétales de roses, de toutes les couleurs. Ça lui plaît. Une photo a même été prise ( elle est dans ce livre ), pas extraordinaire certes, mais qui a le mérite d'exister puisque des milliers de témoins ont rapporté ce fait aussi poétique que miraculeux, des pétales de roses tombant du ciel comme des flocons de neige :

« Ce 13 septembre 1917 (...) un autre phénomène jeta le même jour les témoins hors d'eux-mêmes. Une pluie de pétales de roses. Du moins, prit-on ce qui tombait du ciel pour des pétales de fleurs. Mais ils s'évanouissaient avant de toucher le sol, se dérobaient dès qu'on voulait les saisir, et les chapeaux tendus pour les recevoir restaient vides.

Ce phénomène s'est reproduit plus tard plusieurs fois à l'occasion de grands pèlerinages et l'on en possède des photos très curieuses. Comme les fois précédentes, la lumière s'était adoucie et une nuée légère et agréable avait enveloppé le chêne-vert ».

Cette pluie de roses s'est renouvelée à plusieurs reprises à Fatima, et cela toujours un 13, bien après le miracle du soleil de 1917 qui laisse penser que les faits surnaturels de Fatima avaient cessé avec l'arrêt des apparitions de la Vierge. Pas du tout. Cela a continué :

« Un 13 mai, je vis tomber beaucoup de pétales de roses. Ils sortaient du soleil, mais alors en grandes quantités ! Là-haut ils étaient grands, et en se rapprochant de nous, ils devenaient petits et s'évanouissaient...

Les hommes tendaient leur chapeau pour les ramasser, mais lorsqu'ils voulaient ensuite les prendre, ils ne trouvaient plus rien.

Un de ces pétales m'est tombé sur l'épaule gauche.

J'ai voulu vite le prendre avec la main, mais je n'ai plus rien trouvé !! »

Autre miracle de Fatima, dans un tout autre registre certes, est celui du corps demeuré incorruptible de la petite Jacinta ! Un phénomène surréaliste et ô combien déstabilisant si l'on tient compte du fait, en plus, que son corps avait été intégralement recouvert de chaux vive afin que les chairs et tout virus de la grippe espagnole soient détruits le plus rapidement possible ( tous les cadavres de l'époque étaient recouverts de chaux vive ).

Résistant non seulement à la chaux, le corps de la petite Jacinta a également résisté à la chaleur et aux milliards de bactéries qui auraient dû nettoyer ses chairs jusqu'à l'os, ainsi que le veut la Nature depuis que les hommes enterrent les hommes. Mais dans le cercueil de la petite Jacinta, l'ordre naturel des choses n'a pas suivi son cours, et a obéi à quelqu'un d'autre. À bien regarder, c'est comme si la Vierge avait voulu rendre un hommage, aussi muet qu'élégant, à Charles Baudelaire :

Le soleil rayonnait sur cette pourriture

Comme afin de la cuire à point,

Et de rendre au centuple à la grande Nature

Tout ce qu'ensemble elle avait joint...

Et pourtant, vous serez semblable à cette ordure

À cette horrible infection

Étoile de mes yeux, soleil de ma nature,

Vous, mon Ange et ma passion !

Alors, Ô ma beauté ! Dites à la vermine

Qui vous mangera de baisers

Que j'ai gardé la forme et l'essence divine

De mes amours décomposés !

La Vierge a voulu nous montrer à sa façon que ceux qui portent son message sont dignes de ne point se décomposer, même si, pour la principale intéressée, cela ne fait techniquement ni chaud ni froid. En revanche, les médecins légistes qui ont ouvert le cercueil et qui ont examiné son corps n'en sont pas revenus. Son visage était aussi frais que si elle venait tout juste de mourir. Ou de s'endormir. Pas d'odeurs nauséabondes, ni de vers sortant des chairs comme dans les films de vampires.

La Vierge a préservé Jacinta car elle savait que trente ans plus tard, son cercueil sera ouvert et que des photos extraordinaires seront prises.

Je dois reconnaître que celle du cercueil ouvert laissant voir sa tête en parfait état de préservation me fascine autant qu'elle me fait frissonner. Voir un miracle en action de ses propres yeux, car c'est effectivement un miracle toujours en action, on le voit bien sur la photo, a des effets perturbants. Elle semble pointer son doigt invisible sur cette petite tête intacte, comme pour nous signifier que son rayon d'action englobe même ceux qui se trouvent sous terre, destination que nous aussi finirons par atteindre un jour ou l'autre.

Le dernier miracle qui mérite aussi notre attention est celui, méconnu, de la source d'eau de Fatima. Certes, elles n'a pas été découverte comme à Lourdes, avec une Bernadette mangeant de l'herbe et creusant avec ses doigts l'endroit désigné par la Vierge, mais par hasard au début de la construction du sanctuaire. Et aussi étonnant et curieux que cela puisse paraître, cette eau coule en abondance depuis, alimentant les besoins des millions de pèlerins qui s'y rendent chaque année, des pèlerins infiniment plus nombreux qu'à Lourdes. Cela rappelle l'apparition de la Vierge à Kerzinen, en Bretagne, où elle avait promis ( le 6 Août 1949) de donner une source miraculeuse à ce lieu. Et la Vierge tint parole: le 13 juillet 1952 ( notez qu'on retrouve le 13 à nouveau ) juste en bas du champ des apparitions, une source d'eau avait jailli. Depuis, de très nombreuses guérisons et réponses à des prières ont été obtenues par cette eau bretonne. Comme avec celle de Fatima. Et comme avec celle de Lourdes. Ajoutons aussi que le 8 décembre 1953, puis trois fois de suite en 1954, les Bretons ont eux aussi vu le soleil danser dans le ciel, exactement comme au Portugal. Ce déplacement du soleil est même devenu une sorte de signature, authentifiant les apparitions de la Vierge.

Aujourd'hui, peu de prêtres croient au surnaturel en général et à la Vierge en particulier. C'est pour cela que nous avons retenu ce texte de Monseigneur Louis Picard, écrit dans les années 1930 juste avant le début de la Seconde guerre mondiale. Ce brave prêtre, qui deviendra connu dans les années 1960 pour ses émissions sur la radio-télévision belge débutante, avait une dévotion extraordinaire pour Notre-Dame de Fatima et il n'a pas hésité à s'y rendre quasiment à dos d'âne. Imaginez que lorsqu'il a écrit ce livre, Fatima n'était même pas encore développé :

« Encore actuellement, aux environs de ce lieu de pèlerinage, un des plus fréquentés du monde, il n'y a ni hôtel, ni restaurant...

Il n'y a qu'un hôpital pour les malades, une chapelle pour les confessions et une basilique, qui est la plus grande église du Portugal ».

Pourtant, son texte n'a quasiment pas pris une ride. Il est toujours d'actualité. Nous avons rajouté de nombreuses photos supplémentaires, ce qui transforme son livre en un témoignage encore plus étonnant d'une époque où Fatima n'était pas encore Fatima, mais juste un champ et un arbre en devenir. Les documents d'époque nous plongent encore plus dans l'ambiance des apparitions. Le simple fait de tourner les pages nous permet aussi d'effectuer un voyage dans le temps et de toucher cette extraordinaire présence qui y a laissé d'innombrables preuves de sa grandeur surnaturelle et de sa bienveillance. Lire le texte de Louis Picard et regarder les photos nous donnerait presque l'illusion d'y avoir participé. Comme si ces documents photographiques avaient capturé dans ces pages la présence invisible de la Vierge. C'est cela sans doute le grand pouvoir des livres, la capacité de retransmettre l'émotion, intacte, et le mystère de la plus grande manifestation surnaturelle de l'Histoire.

Pierre Jovanovic

~ 1 ~

Le ciel élève la voix

Le message de Fatima a une résonance extraordinaire car la puissance divine l'a enveloppé de prodiges. Comme à Lourdes, en effet, il y a ici une, et même deux sources miraculeuses. Et elles ont jailli d'un sol qui ne tient pas l'eau. La seule source qu'il y eut jamais à Fatima avant ce jaillissement miraculeux se trouve au-dessous du bourg. Tandis que le lieu des apparitions est au-dessus, à plus de 2 km. Comme à Lourdes également, les scènes de l'Évangile se renouvellent où les aveugles voient, les sourds entendent, les paralytiques et les estropiés retrouvent l'usage de leurs membres, les maladies mortelles fondent comme neige au soleil. Un Bureau des Constatations enregistre et soumet à la critique scientifique la plus rigoureuse ces guérisons merveilleuses.

Mais à la différence de Lourdes, ici, les apparitions elles-mêmes ont été accompagnées de miracles de plus en plus impressionnants. Et cette orchestration prodigieuse de l'entretien de la Reine du Ciel avec trois enfants pauvres et ignorants atteignit sa puissance maximum le jour de la dernière apparition, le 13 octobre 1917, lorsque, devant une foule immense qui entourait l'extase des enfants, il y eut dans l'azur brusquement balayé de nuages, un des signes les plus étonnants de tous les temps: une sorte de feu d'artifice interplanétaire, des feux de Bengale astronomiques. Feu d'artifice d'une seule pièce mais dont le soleil était le noyau. Et lorsqu'il eut jeté, dans une rotation fantastique, tous ses feux multicolores, le soleil parut se décrocher du ciel et tomber sur la foule, qui vécut alors comme une anticipation du dernier jour du monde, lorsque la machine céleste se disloquera et que les étoiles tomberont du ciel.

On comprend qu'à de tels signes, les âmes se soient ébranlées. À chaque apparition, le nombre des témoins, qui, de curieux, s'étaient progressivement mués en pèlerins, montait de plusieurs milliers, pour atteindre, le dernier jour, 50.000 selon les plus modestes estimations. Et depuis, les foules de Fatima n'ont pas cessé de grandir. Elles ont très vite dépassé celles de Lourdes. Depuis plus de 10 ans1, le total annuel des pèlerins surclasse de beaucoup celui des plus grandes années de Lourdes.

Or jusqu'à présent, Fatima fut bien plus un sanctuaire national qu'un lieu de pèlerinage européen ou mondial comme Lourdes. Mais il semble que ce haut-lieu spirituel sera désormais un centre religieux d'attraction universelle. La première période ressembla aux premiers temps de la prédication évangélique. Celle-ci fut d'abord limitée à la Palestine. Elle devait ensuite s'étendre à l'univers. La période, nous allions dire palestinienne, nous voulons dire portugaise, de Fatima, fut l'entre-deux-guerres-mondiales. La seconde de ces guerres horribles marquera le début de l'expansion universelle du rayonnement de Fatima.

Pour cette expansion, le Message lui-même s'est enrichi. Car tout n'en a pas été révélé par les voyants dès l'origine. Une partie importante en était restée secrète2. Elle vient d'être rendue publique. Et elle n'est pas la moins sensationnelle. Il y est question de la guerre, de la fin de la guerre, de l'avenir de l'Europe, du monde et de la civilisation chrétienne. Nous ne voulons par tarder a transcrire cette partie du Message de Fatima... En voici l'essentiel :

La guerre va vers la fin ( c'est en 1917 que parlait la messagère du ciel ) ;

Mais si l'on ne cesse pas d'offenser le Seigneur, il y en aura une autre, pire que celle-ci, qui commencera sous le prochain pontificat.

Si l'on écoute mes demandes, la Russie se convertira et on aura la paix.

Sinon, elle répandra ses erreurs dans le monde, provoquant des guerres et des persécutions contre l'église ;

Beaucoup de bons seront martyrisés ;

Le Saint-Père aura beaucoup à souffrir 

Plusieurs nations seront anéanties.

À la lecture de telles prophéties, on se demande si elles font bien partie du Message de Fatima, dont le caractère céleste éclate par la série de prodiges que nous avons dite. Mais les plus hautes autorités religieuses nous garantissent que ce passage est bien authentique. Le Cardinal Schuster, archevêque de Milan, en fait état dans une lettre pastorale écrite en mai 1942 pour préparer son diocèse à la consécration au Cœur immaculé de Marie. Le Cardinal Cerejeira, Patriarche de Lisbonne et Primat du Portugal, le 13 mai 1942, 25e anniversaire de la première apparition de Fatima, dans un discours prononcé au lieu même des apparitions devant une foule innombrable, commenta cette partie du Message. Et le Pape lui-même, dans le discours radiophonique qu'il adressa au peuple portugais, en octobre 1942, à l'occasion de cet anniversaire, fit solennellement la consécration de l'Église et du monde au Cœur immaculé de Marie, selon la demande céleste transmise par les voyants de Fatima. Et dans cette consécration du monde, il mentionna discrètement la Russie en demandant à la Reine du Rosaire de bénir particulièrement ce peuple dont la piété mariale se manifestait par ces icônes exposées naguère encore dans toutes les maisons à la place d'honneur, mais qui sont maintenant cachées et tenues en réserve pour des temps meilleurs.

Lorsque, plus loin, nous commenterons le Message de Fatima, nous ferons remarquer qu'il ne contient pas de nouveauté religieuse. La Révélation est close, comme disent les théologiens. Les révélations particulières ne nous apprennent rien d'essentiel. Elles attirent notre attention sur telle vérité contenue dans le dépôt de la Révélation, mais dont les chrétiens de telle époque ont particulièrement besoin et qui est comme obnubilée à leurs yeux. Tel fut le cas des révélations de Paray-le-Monial. L'amour du Christ, incarnation de l'Amour éternel, n'avait plus à être révélé. Mais le monde refroidi par une époque de naturalisme, de rationalisme et de jansénisme, avait besoin de se tourner vers cet amour, admirablement symbolisé par le Cœur de Jésus blessé pour le salut du monde. Ainsi en va-t-il du Message de Fatima. Il ne nous apprend pas le rôle de corédemption et de médiation de la Mère de Dieu. Mais il nous invite efficacement à y recourir en ces jours où l'Église et la civilisation chrétienne sont secouées par une tempête sans précédent.



Il n'y a aucun doute que ce Message soit destiné au monde entier. Il y a des apparitions, de la Très Sainte Vierge ou d'autres habitants du Ciel, voire de Notre-Seigneur Lui-même, qui n'ont qu'un intérêt local et parfois personnel. De telles apparitions n'ont pas l'éclat extérieur, ni le contenu de Paray-le-Monial, ou de Lourdes, ou de Fatima. Une caractéristique est à noter en outre, des apparitions et messages universels. Ils font partie d'une sorte de dialogue entre le Ciel et l'Église universelle s'exprimant par son autorité suprême. Voyez par exemple, l'histoire de Lourdes. Rome venait de proclamer solennellement le dogme de l'Immaculée Conception. La Vierge apparaît à une pauvre enfant ignorante qui ne savait même pas le sens de ces mots éthérés Immaculée Conception, et elle lui dit pour se nommer en patois pyrénéen : «  Je suis l'Immaculée Conception ». Fatima s'insère aussi dans un de ces dialogues sublimes et grandioses entre l'Église de la terre et l'Église du Ciel.

 

*

* *



Le 5 mai 1917, Benoît XV ordonne une Croisade de prières pour la Paix. Principalement de prières à Marie. Et spécialement de Rosaires. Il ajoute aux litanies de la Très Sainte Vierge, après l'appellation de Reine du Rosaire, celle de Reine de la Paix. Cette dernière invocation des litanies mariales date, en effet, de la première guerre mondiale, et exactement du 5 mai 1917. Or, les apparitions de Fatima commencèrent le 13 mai 1917. Et elles ont trait à la guerre et à la paix, et elles demandent de prier et particulièrement de réciter le Rosaire pour la paix et pour un renouveau chrétien, condition sine qua non d'une paix véritable. Les apparitions de Fatima ont répondu en quelque sorte à un appel de l'Église. Et voici maintenant que l'Église répond à l'appel des Apparitions. Voici que le Saint-Père déclenche dans le monde entier un mouvement de consécration au Cœur immaculé de Marie selon la requête formelle de Notre-Dame de Fatima.

Enfin, il y a des coïncidences saisissantes, que l'on n'a pas remarquées d'abord. Le 16 avril 1917, un mois après la révolte qui avait provoqué l'abdication du Tzar Nicolas II, Lénine et Trotski arrivaient à Pétrograd. Le 7 novembre de la même année, c'était le triomphe de la révolution bolchevique. Entre ces deux dates, se situent les apparitions de Fatima. Aux deux extrémités de l'Europe. D'un côté, le déchaînement d'un mouvement révolutionnaire qui voulait anéantir la civilisation chrétienne. De l'autre, une lueur d'espoir, la Stella Maris, l'étoile sur la mer agitée de toutes les tempêtes de l'histoire du Christianisme.

 

De même, on a remarqué que le Pape actuel fut sacré Évêque exactement le 13 mai 1917, le jour, et à peu près à l'heure même, de la première apparition de Fatima. Recevait donc à cette heure la plénitude du sacerdoce celui qui était destiné à gouverner l'Eglise dans la redoutable tempête que venait annoncer la Reine du Ciel, et à jouer un tel rôle dans le sauvetage grandiose dont elle promulguait les lois indispensables. Avions-nous raison de dire que le Ciel enfle la voix et qu'il ne s'agit pas, comme nous en adjure le Psalmiste, de lui opposer des cœurs endurcis. Ce livre a pour objet de rapporter fidèlement le Message de Fatima, d'en raconter les circonstances émouvantes, pittoresques et prodigieuses, d'en dégager, en nous inspirant des commentaires les plus autorisés.



~ 2 ~

La scène et les acteurs



Les événements que nous avons à raconter se déroulent comme un de ces Mystères moyen-âgeux qui se jouaient sur le parvis des cathédrales. Avant d'en faire défiler les actes et les intermèdes, il nous faut en décrire le cadre et présenter les acteurs. La scène est un amphithéâtre naturel. Un vaste amphithéâtre choisi sans aucun doute pour d'immenses rassemblements. Il a environ 500 mètres de diamètre. Et s'il devient trop étroit, il y a de l'espace alentour dans toutes les directions. La Très Sainte Vierge a voulu son amphithéâtre. Le paganisme, ancien et moderne, a toujours célébré dans les amphithéâtres ses fêtes et ces liturgies, où s'entremêlent monstrueusement, dans une atmosphère de luxe, la volupté et la cruauté. L'amphithéâtre de Notre-Dame est remarquable par son austérité. Le sol de ces pentes qui dominent Fatima est rocailleux. Les paysans n'ont jamais fini d'en extraire les pierres. Celles-ci s'accumulent au bord des champs et constituent de véritables murs rustiques qui séparent et entourent les propriétés. Le terrain est calcaire, poreux. Il ne tient pas l'eau. Ni source, ni cours d'eau. Pas d'irrigation possible. La seule source de Fatima, nous l'avons déjà dit, est au-dessous du bourg. Rien que de l'eau de pluie pour tous usages. Des citernes creusées dans le roc et ombragées par le feuillage épais des figuiers la conservent très fraîche. Ces citernes sont bien entretenues. L'eau en est potable et même, dit-on, agréable à boire.

 

- "La vierge de Fatima avait annoncé à l'avance qu'elle ferait ce ,jour-là un grand miracle avec des signes dans le ciel.
Aussi des milliers de gens (70 000 à 100 000, comment les dénombrer ?) sont venus depuis tout le Portugal pour voir le miracle, accompagnés bien sûr de journalistes et de photographes.
L'auteur a repris les photos prises ce jour-là, ainsi que la 1ère page de l'édition spéciale du journal (franc-maçon donc laïc) qui relate l'évènement.
Les gens arrivent sous la pluie avec leurs parapluies ouverts et piétinent longuement dans la boue en attendant l'heure
Soudain, le soleil se met à danser dans le ciel, tournoyer de manière multicolore, s'approche dangereusement des gens qui en sont effrayés, puis retourne à sa place dans le ciel, et ceci plusieurs fois de suite.
Puis tout redevient calme, avec un beau soleil brillant dans le ciel.
Curieusement, la boue a séché et le sol est parfaitement sec, les souliers et les vêtements des gens qui pataugeaient dans la boue sont tout propres, et une clameur s'élève pour bénir Dieu Tout-Puissant.
Les photos prises ce jour-là vous montrent tout cela.
Et le phénomène s'est vu non seulement sur place, mais 10 à 30 kilomètres à la ronde, montrant qu'il n'a pu s'agir d'une hallucination collective.
Stupéfiant !"

- "Un livre bouleversant qui nous plonge près de 100 ans en arrière.
Une sorte de recueil ou d'enquête sur les evenements survenu dans ce petit village du Portugal, oublié de tout et de tous, jusqu'a ce 13 mai 1917 ou la Vierge Marie a poser ses pieds.

Des témoignages, des photos, des récits des miracles connus (la danse du soleil, la pluie de fleur...) ou moins connus (le corps de l'une des petites voyantes retrouvé intact pres de 30 ans après sa mort, les sourcs d'eau miraculeuses....)

A lire et a mediter"